Retour

27/01/2021

L'association Jeunesse Famille Accompagnement social Activités adultes et citoyenneté

Distribution des kits covid

Distribution de Kit covid dans l’espace public auprès des jeunes 

 

L’AQCV et le centre socioculturel des Moulins ont été missionnés par la Ville de Chambéry pour distribuer des kit covid dans les rues du centre-ville auprès des jeunes Chambériens.

Ainsi, Elodie, Omar et Benoit ont réalisé de la prévention les 22, 23 et 24 décembre 2020 sur le covid 19 en distribuant des kits comprenant des masques lavables, du gel hydroalcoolique et un dépliant humoristique expliquant ce qu’est le covid et pourquoi il est important de s’en protéger.

Ce fut l’occasion pour les trois animateurs jeunesse de discuter avec les jeunes de leur vécu lié à cette situation sanitaire, de ce qu’ils pensent des décisions du gouvernement, de ce que cela change dans leur quotidien.

Les profils rencontrés sont très différents : des étudiants, des lycéens, des demandeurs d’emploi, des jeunes engagés politiquement, des passants ne résidant pas dans le quartier. 50 kits ont pu être distribué au faubourg Montmélian, sur la rue d’Italie, la rue croix d’or, sur la place du palais de justice, au parc du verney, dans le secteur du covet, le quartier du stade et à la Sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence avenue Jean Jaurès.

La distribution des kits a été bien reçue par les jeunes de manière globale. Nous soulignons une certaine solidarité de la part de certains souhaitant laisser les kits pour les personnes étant le plus dans le besoin. La plupart des jeunes rencontrés s’habituent aux conditions sanitaires à respecter, sont d’accord avec les décisions du gouvernement. Les étudiants rencontrés souhaitent cependant retrouver les bancs de la faculté, car il est plus difficile d’apprendre en visio conférence et de rester chez soi sans échanger avec d’autres étudiants. Certains jeunes ne sont pas d’accord avec les décisions du gouvernement, pensent que le confinement provoque d’autres problématiques chez les gens auxquelles on ne pense pas forcément : problèmes psychologiques, violences conjugales. Certains pensent que c’est l’occasion pour l’industrie pharmaceutique de gagner encore plus d’argent. D’autres évoquent le fait qu’il est compliqué de se retrouver au milieu de beaucoup d’informations différentes données par les médias : ils ne savent pas qui croire.

Les animateurs jeunesse notent à travers ces 3 demi-journées de distribution, des dynamiques de quartier différentes : au faubourg montmélian des habitants vivent dehors et discutent dans la rue. Quelques centaines de mètre plus loin, à la rue d’Italie et rue croix d’or, les habitants sont de passage pour faire essentiellement des achats (le contexte Noël y est pour quelque chose). Devant le palais de justice et au parc verney, beaucoup de petits groupes de jeunes (2 ou 3 personnes) sont posés pour discuter sur les bancs et aménagements urbains. Sur le secteur du covet, nous avons rencontré peu de jeunes, il y a peu de lieu pour se poser. Les seules personnes rencontrées allaient d’un appartement à un autre dans le quartier. Sur le quartier du stade, nous avons rencontré presque personne sur la matinée.  

Elodie, Omar et Benoit ont ainsi pu capter les perceptions différentes des jeunes sur la situation sanitaire, s’apercevoir que la plupart des jeunes sont très respectueux du protocole sanitaire et identifier certains lieux de rencontre des habitants au centre-ville malgré le contexte de pandémie.

 

Benoit Delhorme, centre social AQCV.

 


Partager cet article :